Dating ♥

Des histoires de survie: Paroles d'escortes de luxes...

Date de publication: 2019-10-05 12:54

Il arrive qu&rsquo un client envisage un flirt avec moi je cesse gé né ralement de le voir. Parfois, un homme veut tester ses limites, cè de à ses fantasmes, puis é prouve des remords. Dans ce cas, il retrouve sa bien-aimé e et ses tê tes blondes, en jurant de ne jamais plus recommencer. Oui, je ré pare vos couples en toute discré tion. De rien.

Julia : «Je suis devenue une escort-girl»

Le premier aspect est financier. En un mois, je gagne en moyenne entre 7555 et 6 555 €. Comme je suis mère célibataire, ce montant n'est pas négligeable. J'ai toujours voulu faire ce métier. Jusqu'à mes trente ans, je vivais en couple, donc je ne pouvais pas aller au bout de mes idées. Une fois que je me suis retrouvée célibataire, je me suis dit que le moment était arrivé.

Témoignage : Manon, 24 ans, escort - Elle

À Toulouse, quand les policiers ont mis «la pression» sur la rue en 7566, ils ont constaté l'augmentation des annonces. Et les clients, plutôt genre cadre sup, ne manquent pas

Escort occasionnelle, mon agresseur m'a dit : Tu es trop

C&rsquo est comme ç a que tout a commencé . Des hommes souvent respectables é taient prê ts à payer entre 755 et 6555 euros pour un moment intime avec moi, la gentille fille banale, comme on en trouve plein les files d&rsquo attentes du Franprix. Il m&rsquo est mê me arrivé de me pointer les cheveux mouillé s en rendez-vous, avant de repartir en travaux dirigé s. Pour autant, je me garderai bien de m&rsquo autoproclamer escort la plus à l&rsquo arrache de Paris certains chercheurs consacrent leur vie à dé montrer que cette dé sinvolture est de mon â ge.

Le soir de ma rencontre avec F., j&rsquo avais accumulé toutes les erreurs de sé lection qu&rsquo une escort peut commettre.

Paradoxalement, j&rsquo attends d&rsquo un homme de hautes valeurs morales et une grande transparence pour m&rsquo investir avec lui. Ma vie sentimentale doit dé passer ce type de cachotteries.

Être escort consiste à accompagner des clients dans certains endroits, tels qu'un restaurant, au cinéma, ou à des réunions. En fait, un client nous appelle pour que l'on lui tienne compagnie. En tête à tête ou avec d'autres personnes. Cela va d'un simple repas à des relations plus intimes…

Cette situation est somme toute paradoxale, puisqu'il est connu des associations de travailleurs du sexe. En thé orie, il leur suffirait de diffuser une liste de conseils et de bonnes pratiques pour é viter à quiconque de croiser ce genre de plans foireux.

Auparavant, mes rencontres dé plaisantes se limitaient à quelques hommes mielleux ou possessifs, qui pouvaient parfois se montrer jaloux. L&rsquo expé rience m&rsquo a appris à les identifier en amont, en discutant par courriel, par té lé phone puis en face-à -face.

Sans me laisser exposer mes pratiques et tabous, il m&rsquo a saoulé e au champagne et m'a sauté dessus. Presque par politesse, je n&rsquo ai pas osé lui demander de me ré gler en dé but de rencontre, comme j&rsquo avais l&rsquo habitude de le faire. Pendant des heures, je me suis faite malmener par un goujat, qui m'a utilisé e comme une vulgaire poupé e gonflable, sans respecter mes volonté s.

Durant mes anné es d&rsquo é tudes, et mê me aprè s, je n&rsquo ai jamais exercé de maniè re continue. Lorsque je tombe amoureuse, je ne suis plus inté ressé e par ces rencards ré muné ré s. Disons que je suis plutô t d&rsquo obé dience exclusive inté griste. Je trouve alors mes sources de financement ailleurs (merci McDonald&rsquo s).

Ne nous mentons pas : j&rsquo ai bien vu venir le traquenard. Mê me ivre, on ne me la fait pas. Seulement, je n&rsquo ai pas trouvé le courage de protester alors que j&rsquo é tais seule et nue, chez un inconnu, en pleine nuit. Ambiance.

Puis, j&rsquo ai ré alisé : ce pé quenaud m&rsquo avait violé e. Je l&rsquo ai vé cu comme tel. Mes limites physiques avaient é té bafoué es et en l'absence de ré muné ration, mon consentement é tait vicié .

On l&rsquo imagine rarement comme ç a, la bohè me é tudiante. J&rsquo é tais trè s jeune lorsque j&rsquo ai commencé et je ne disposais pas de la maturité né cessaire pour tout appré hender. La prostitution occasionnelle peut ê tre trè s addictive : les entré es d&rsquo argent sont rapides et l&rsquo autre se livre inté gralement, dans toute sa vulné rabilité . Dans la "vraie vie", tout prend davantage de temps.

Je n&rsquo ai pas de client ré gulier sur le long terme. Je pratique cette activité de maniè re beaucoup trop ponctuelle pour pouvoir nouer de vé ritables liens avec un habitué . Je peux ê tre courtisé e vingt fois en un mois, puis ne voir personne les vingt mois suivants. Je crois aussi que je ne sais pas imposer la distance né cessaire lors de la rencontre.